Chang’e 4: la Chine sur la face cachée de la Lune


Missions / lundi, août 20th, 2018

La Chine vient de dévoiler lors d’une conférence de presse, la sonde Chang’e 4 qui se compose d’un atterrisseur et d’un véhicule d’exploration. Cette mission sera une première tentative d’alunissage en douceur sur la face cachée de la Lune.

Chang’e 4: un deuxième rover chinois sur la lune

Chang’e 4 sera lancé à partir du centre de lancement de Xichang dans le sud-ouest du pays sur un lanceur Long March 3B en décembre. La cible d’alunissage, dans le bassin du pôle sud-Aitken qui est un vaste cratère d’impact et d’une importance scientifique. La zone finale n’a pas été dévoilée. La face cachée de la Lune a été largement photographiée, en commençant par une sonde soviétique en 1959 (Luna 3). Mais aucune sonde n’a atterri ou exploré la face cachée (si on excepte le crash de la sonde américaine Ranger 4 en 1962!).

Une mission non prévue

Chang’e 4 était à l’origine la mission « secours » de Chang’e 3 qui s’est posé avec succès sur Mare Imbrium en 2013 et qui a fait de la Chine le troisième pays à se poser sur la Lune. En 2007 et 2013 Chang’e 1 et Chang’e 2 était deux missions orbitales.

Le succès de Chang’e 3 à donc amener l’agence spatiale chinoise à revoir ses ambitions. Chang’e 4 à donc été légèrement modifié pour embarquer de nouveaux appareils de mesure. L’atterrisseur sera composé d’une caméra de débarquement (LCAM), d’une caméra de terrain (TCAM), d’un dosimètre a neutrons développé en Allemagne et d’antennes pour un spectromètre basse fréquences (LFS). Les scientifiques pourront également tirer parti du bouclier que représentera la Lune contre les interférences de la Terre et faire des observations plus claires dans l’espace lointain.

Le rover qui sera très léger, environ 140 kg, sera quand à lui équiper d’une caméra panoramique (PCAM), d’un radar pour étudier le sol lunaire (LPR).

Vue d'artiste du rover Chang'e 4 sur la Lune

Une petite expérience sur la biosphère conçue par 28 universités chinoises aura pour objectif de faire germer des pomme de terre, des graines d’Arabidopsis (plante à cycle de vie rapide et très résistante) et de faire éclore de oeufs de vers à soie. Ce sera la première expérience de biologie à la surface de la lune. L’humidité, la température, les apports nutritifs seront contrôlés pour cette expérience très intéressante. Une caméra observera la germination. A suivre!

Une mission en 2 volets

Vue d’artiste de la sonde Chang’e 4 et du satellite Queqiao

Sur la face cachée de la Lune, les communications directes avec la Terre sont impossibles. Pour combler cela, la Chine à procéder à la mise en orbite d’un satellite relais à 65 000 km au-delà de la Lune. Nommé Queqiao, ce satellite de 425 kg avec une antenne parabolique de 4.2 mètres lancé le 20 mai dernier à partir de Xichang est correctement positionné depuis le 14 juin. Il va permettre de communiquer constamment avec les deux engins et la Terre. Il devrait aussi servir pour de futures missions de la communauté internationale.

Le bon déroulement de cette première partie permet à la Chine de pouvoir  procéder au lancement de Chang’e 4 en décembre prochain.

Lancement du satellite relais Queqiao par une fusée Long March 4C

Pas seulement un satellite de communications

Satellite relais Chinois Queqiao en orbite

En effet Queqiao emporte avec lui différents instruments de mesure fournis par les Pays-Bas, la Suède et l’Arabie Saoudite. Un des instruments fourni par les Pays-Bas étudiera les signaux de l’univers primitif à une époque où il n’y avait pas encore d’étoiles.

Lors du lancement de Queqiao, 2 nano-satellites ont été envoyés avec lui. Longjiang-1 et 2, d’une taille de 50 x 50 x 40 cm et d’un poids de 45 kg ont été mis en orbite lunaire. Longjiang-1 n’a jamais donné de nouvelles mais Longjiang-2 à réussi à faire une photo de la lune avec la Terre en fond. L’image n’est pas d’une grande résolution mais la caméra saoudienne et la taille du satellite en fait quand même un bel exploit.

La lune et la terre par Longjiang-2
Prise de vue de Longiang-2

Chang’e 5 est déjà prévu pour 2019 avec un retour d’échantillons sur Terre.

Nous suivrons tout cela sur conquetespatiale.com dans les mois à venir.

Ne ratez plus un article, inscrivez-vous à la newsletter

  •   
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *